Les 3 pôles du sanctuaire

Les trois pôles du sanctuaire

Le sanctuaire a 3 pôles :

  1. Un pôle spirituel et monastique, avec les clarisses, la prière et l’adoration
  2. Un pôle d’accueil et auberge, pèlerinages, auberge et salle polyvalente
  3. Un pôle « béguinage contemporain », habitat semi-groupé

En fait, cela repose sur les fondamentaux du lieu à l’époque de sainte Julienne :

  1. Cornillon est le lieu de la révélation de la fête du Corps et du Sang du Christ à Sainte Julienne. Les soeurs clarisses ont une intense vie contemplative et elles fabriquent 1.5 millions d’hosties monastiques par an.
  2. A l’origine, le lieu rassembla des lépreux et devint le premier hopîtal de Liège, avec un accueil des pauvres,
  3. L’hospice de Cornillon illustrait déjà la complémentarité des états de vie : des religieux et des laïcs, des soignés et des soignants, chacun dans leur espace de vie.

Ce projet a pour ambition de contribuer au renouveau de la porte orientale de la ville, au pied du quartier de la Chartreuse, en Amercoeur. La chapelle médiévale de 1185 où pria sainte Julienne reste un grand poumon spirituel au cœur de la ville.

1        Pôle spirituel et monastique

La pierre angulaire du projet est la fondation du monastère des Clarisses de Hannut-Bujumbura, qui animent la vie spirituelle de Cornillon, fabriquent les célèbres hosties, et développent également le petit élevage et la culture. Elles recoivent les traditionnels œufs offerts à sainte Claire.

L’eucharistie est célébrée chaque jour dans la chapelle et les soeurs y prient les offices tout au long de la journée. Des groupes de prière ou d’adoration animent des temps à la chapelle. Il est possible de vivre des retraites sur le site. Enfin, venez déposer une bougie sous la statue de Sainte Julienne. Confiez vos intentions à son intercession.

2        Pôle d’accueil et auberge

Ce pôle développe l’accueil et l’animation du sanctuaire de sainte Julienne. Le sanctuaire accueille des groupes ou des visites individuelles. Le lieu du Mont-Cornillon est très connu pour les révélations du Christ à Sainte Julienne de la fête du saint Sacrement. Nous accueillons des groupes d’enfants, de communiants, de retraitants, aussi en anglais.

L’auberge du pélerin saint François compte 4 chambres pour une capacité de 10 lits. Cela fait le bonheur des pèlerins, randonneurs du chemin de saint Jacques de Compostelle ou de la Via Mosana, les amis de passage ou les retraitants. Une attention particulière est accordée aux visites d’enfants qui se préparent par exemple à leur première communionaux.

Un espace didactique et des guides sont disponibles pour vous faire découvrir l’histoire de Sainte Julienne et de la Fête-Dieu dans le monde.

3        Pôle du « béguinage contemporain »

Ce béguinage contemporain permet de vivre dans un lieu de sérénité, sécurisé, vert et animé par les valeurs de l’Evangile. Il est composé de deux maisons familiales et de cinq appartements situés sur le flanc du Mont-Cornillon. Lumineux et entièrement rénovés, ils ont 1 ou 2 chambres. Les locataires sont laïcs ou religieux, adhérents à la charte de vie et à l’esprit du béguinage contemporain, avec une grande autonomie et un temps de rencontre périodique.

Situé au pied du poumon vert du parc de la Chartreuse, cet forme d’habitat évoque l’origine liégeoise des béguinages, attestés dès 1173 et initiés par le prêtre liégeois Lambert le Bègue.

Charte de vie du béguinage

Appartements et maisons

Histoire des béguinages à Liège[:nl]

Les trois pôles du futur sanctuaire

Le sanctuaire aura 3 pôles : monastère et vie contemplative, sanctuaire ouvert et pèlerinage puis « béguinage contemporain ». En fait, cela repose sur les fondamentaux du lieu à l’époque de sainte Julienne :  1/ Eglise, saint sacrement, pain, vin avec une vie de sanctuaire ouvert et priant ainsi que la fabrication des hosties et la vente de vin, 2/ léproserie, accueil des pauvres, 3/ Complémentarité des états de vie et béguinage pour la revalorisation de l’immobilier et 4/ Agriculture et boverie, confiée aux clarisses.

Ce projet a pour ambition de contribuer au renouveau de la porte orientale de la ville, dans le quartier d’Amercoeur. Outre le monastère des clarisses contemplatives et le développement d’un béguinage contemporain, le sanctuaire va poursuivre la fabrication de plus de 2.000.000 d’hosties par an pour le diocèse de Liège et au-delà. La chapelle médiévale où pria sainte Julienne restera un grand poumon spirituel au cœur de la ville et un petit vignoble sera replanté sur les coteaux pour illustrer l’attachement du sanctuaire à la célèbre fête du corps – hosties – et du sang – le vin – du Christ.

Ceci résulte donc en 3 pôles :

  1. Un pôle de vie contemplative
  2. Un pôle pèlerinage et d’ouverture
  3. Un pôle « béguinage contemporain »

1        Le monastère, pôle de vie contemplative

La pierre angulaire du projet est la fondation du monastère des Clarisses de Hannut-Bujumbura, qui animeront la vie spirituelle de Cornillon, fabriqueront les célèbres hosties, et développeront également le petit élevage et la culture. Elles recevront les traditionnels œufs offerts à sainte Claire.

2        Le sanctuaire, pôle d’accueil et de pèlerinage

L’objectif serait de redynamiser la vie spirituelle du lieu et de promouvoir la fête du saint Sacrement, notamment par le biais de visites de groupes, d’écoles et d’un musée sur le thème du pain et du vin consacrés. Ce pôle développera l’accueil et l’animation du sanctuaire de sainte Julienne. Une petite hôtellerie de 4 chambres accueillera les pèlerins et aussi les randonneurs du chemin de saint Jacques de Compostelle ou de la Via Mosana. Une attention particulière sera accordée aux personnes pauvres du quartier et de la ville pour qu’elles puissent y prier et se sentir accueillies dans cette église.  Enfin, un accueil de groupes est également prévu pour participer à l’animation spirituelle ou de visites d’enfants qui se préparent par exemple à leur première communion. Un espace didactique ou un musée sera créé avec des vitrines, des objets et des panneaux didactiques sur l’histoire de Sainte Julienne et sur la Fête-Dieu dans le monde.

3        La vie de laïcs, pôle « béguinage contemporain »:

L’objectif est de permettre à des personnes de vivre dans un lieu de sérénité et de prière. Le sanctuaire va développer un nouveau béguinage contemporain, projet immobilier qui va contribuer à la revitalisation des quartiers d’Amercoeur et de la Chartreuse. Liège est un des berceaux des béguinages, attestés dès 1173 et initiés par le prêtre liégeois Lambert le Bègue, en contrebas de Saint-Martin et près de l’actuel boulevard de la Sauvenière. L’immobilier représente 8 unités de logements pour, chaque fois, entre 1 et 4 habitants, permettant d’accueillir au total environ 18 habitants. Le critère privilégié serait des locataires, principalement laïcs, adhérant au projet et à l’esprit d’un béguinage contemporain avec une grande autonomie.

Le projet

Implantation

Le sanctuaire, à l’origine isolé en tant que léproserie, est intégré dans le tissu urbain et s’étent sur un hectare rue de Robermont 2 à 4020 Liège. Il est situé au pied de la côte de Robermont, très bien désservi en bus. Jonction entre les quartiers d’Amercoeur de la Chartreuse, il est voisin de l’église saint Remacle, la plus ancienne de la rive droite. La nouvelle MRS de la chartreuse située sur la plateau sus le Mont Cornillon revigore déjà le quartier.

Un accès particulièrement aisé en transports en commun :

L’espace du sanctuaire

Ce plan illustre le domaine de 1.2 Ha sur le flanc des coteaux orientaux de la ville de Liège. Le périmètre jaune est la limite du domaine et la partie supérieure est le « monastère des clarisses » avec des potagers, enclos d’élevage et cloître. La célèbre chapelle médiévale « Ch » est le centre de gravité de l’ensemble. Le béguinage contemporain (de « P » à « B2 ») sera rectiligne dans l’axe perpendiculaire aux coteaux.

Légende :
P : Porterie
Co : Conciergerie
Ht : Hotellerie
J1 : Jardin d’agrément « devant »
J2 : jardin d’agrément à rue et potager
Hs : atelier d’hosties, qui occupe d’autres locaux d’entreposage, de découpe
B1 & B2: Béguinage avec 8 unités de logement
Ch : Chapelle du moyen-âge
M : Monastère
Cl : Cloître & jardin intérieur
B : Boverie pour animaux d’élevage
Mt : Mont Cornillon, en pente inclinée vers le monastère[:de]

Les trois pôles du futur sanctuaire

Le sanctuaire aura 3 pôles : monastère et vie contemplative, sanctuaire ouvert et pèlerinage puis « béguinage contemporain ». En fait, cela repose sur les fondamentaux du lieu à l’époque de sainte Julienne :  1/ Eglise, saint sacrement, pain, vin avec une vie de sanctuaire ouvert et priant ainsi que la fabrication des hosties et la vente de vin, 2/ léproserie, accueil des pauvres, 3/ Complémentarité des états de vie et béguinage pour la revalorisation de l’immobilier et 4/ Agriculture et boverie, confiée aux clarisses.

Ce projet a pour ambition de contribuer au renouveau de la porte orientale de la ville, dans le quartier d’Amercoeur. Outre le monastère des clarisses contemplatives et le développement d’un béguinage contemporain, le sanctuaire va poursuivre la fabrication de plus de 2.000.000 d’hosties par an pour le diocèse de Liège et au-delà. La chapelle médiévale où pria sainte Julienne restera un grand poumon spirituel au cœur de la ville et un petit vignoble sera replanté sur les coteaux pour illustrer l’attachement du sanctuaire à la célèbre fête du corps – hosties – et du sang – le vin – du Christ.

Ceci résulte donc en 3 pôles :

  1. Un pôle de vie contemplative
  2. Un pôle pèlerinage et d’ouverture
  3. Un pôle « béguinage contemporain »

1        Le monastère, pôle de vie contemplative

La pierre angulaire du projet est la fondation du monastère des Clarisses de Hannut-Bujumbura, qui animeront la vie spirituelle de Cornillon, fabriqueront les célèbres hosties, et développeront également le petit élevage et la culture. Elles recevront les traditionnels œufs offerts à sainte Claire.

2        Le sanctuaire, pôle d’accueil et de pèlerinage

L’objectif serait de redynamiser la vie spirituelle du lieu et de promouvoir la fête du saint Sacrement, notamment par le biais de visites de groupes, d’écoles et d’un musée sur le thème du pain et du vin consacrés. Ce pôle développera l’accueil et l’animation du sanctuaire de sainte Julienne. Une petite hôtellerie de 4 chambres accueillera les pèlerins et aussi les randonneurs du chemin de saint Jacques de Compostelle ou de la Via Mosana. Une attention particulière sera accordée aux personnes pauvres du quartier et de la ville pour qu’elles puissent y prier et se sentir accueillies dans cette église.  Enfin, un accueil de groupes est également prévu pour participer à l’animation spirituelle ou de visites d’enfants qui se préparent par exemple à leur première communion. Un espace didactique ou un musée sera créé avec des vitrines, des objets et des panneaux didactiques sur l’histoire de Sainte Julienne et sur la Fête-Dieu dans le monde.

3        La vie de laïcs, pôle « béguinage contemporain »:

L’objectif est de permettre à des personnes de vivre dans un lieu de sérénité et de prière. Le sanctuaire va développer un nouveau béguinage contemporain, projet immobilier qui va contribuer à la revitalisation des quartiers d’Amercoeur et de la Chartreuse. Liège est un des berceaux des béguinages, attestés dès 1173 et initiés par le prêtre liégeois Lambert le Bègue, en contrebas de Saint-Martin et près de l’actuel boulevard de la Sauvenière. L’immobilier représente 8 unités de logements pour, chaque fois, entre 1 et 4 habitants, permettant d’accueillir au total environ 18 habitants. Le critère privilégié serait des locataires, principalement laïcs, adhérant au projet et à l’esprit d’un béguinage contemporain avec une grande autonomie.

Le projet

Implantation

Le sanctuaire, à l’origine isolé en tant que léproserie, est intégré dans le tissu urbain et s’étent sur un hectare rue de Robermont 2 à 4020 Liège. Il est situé au pied de la côte de Robermont, très bien désservi en bus. Jonction entre les quartiers d’Amercoeur de la Chartreuse, il est voisin de l’église saint Remacle, la plus ancienne de la rive droite. La nouvelle MRS de la chartreuse située sur la plateau sus le Mont Cornillon revigore déjà le quartier.

Un accès particulièrement aisé en transports en commun :

L’espace du sanctuaire

Ce plan illustre le domaine de 1.2 Ha sur le flanc des coteaux orientaux de la ville de Liège. Le périmètre jaune est la limite du domaine et la partie supérieure est le « monastère des clarisses » avec des potagers, enclos d’élevage et cloître. La célèbre chapelle médiévale « Ch » est le centre de gravité de l’ensemble. Le béguinage contemporain (de « P » à « B2 ») sera rectiligne dans l’axe perpendiculaire aux coteaux.

Légende :
P : Porterie
Co : Conciergerie
Ht : Hotellerie
J1 : Jardin d’agrément « devant »
J2 : jardin d’agrément à rue et potager
Hs : atelier d’hosties, qui occupe d’autres locaux d’entreposage, de découpe
B1 & B2: Béguinage avec 8 unités de logement
Ch : Chapelle du moyen-âge
M : Monastère
Cl : Cloître & jardin intérieur
B : Boverie pour animaux d’élevage
Mt : Mont Cornillon, en pente inclinée vers le monastère