Le sanctuaire de Sainte-Julienne

Sainte Julienne a vécu 50 années dans la léproserie ou hospice de Cornillon, à la porte orientale de la cité de Liège, entre 1197 et 1247.

Plan d’Amercoeur et du Mont Cornillon vers 1750

Depuis sainte Julienne au XIIe siècle jusque la révolution française, il s’agissait sans doute du plus important hôpital liégeois, confié à une tutelle mixte: le conseil de la ville et le prince-évêque. Environ 70 années après les évènements de la révolution française, soit en 1860, les carmélites ont repris le lieu et l’ont remarquablement développé.

En 2017, vu l’âge respectable des sympathiques carmélites, la gestion du sanctuaire a été confié à l’évêché de Liège et des laïcs engagés. Le monastère à l’intérieur du sanctuaire a été repris par une communauté de sœurs clarisses, filles de sainte Claire d’Assise, elle-même contemporaine de Sainte Julienne et adoratrice du Saint Sacrement.

Le sanctuaire de sainte Julienne est actuellement composé de diverses parties :

– monastère des clarisses,
– chapelle et du Mont-Cornillon,
– auberge du pèlerin saint-François,
– salle polyvalente saint Thomas d’Aquin, ,
– béguinage contemporain (7 unités de logement).

Le tout est géré par l’ASBL du sanctuaire de sainte Julienne de Cornillon.

Implantation

Le sanctuaire, à l’origine isolé en tant que léproserie, est intégré dans le tissu urbain et s’étend sur un hectare rue de Robermont 2 à 4020 Liège. Il est situé au pied de la côte de Robermont, très bien desservi en bus. Jonction entre les quartiers d’Amercoeur de la Chartreuse, il est voisin de l’église saint-Remacle, la plus ancienne de la rive droite. La nouvelle MRS de la chartreuse située sur la plateau sus le Mont Cornillon revigore déjà le quartier.

Un accès particulièrement aisé en transports en commun :

L’espace du sanctuaire

Ce plan illustre le domaine de 1.2 Ha sur le flanc des coteaux orientaux de la ville de Liège. Le périmètre jaune est la limite du domaine et la partie supérieure est le « monastère des clarisses » avec des potagers, enclos d’élevage et cloître. La célèbre chapelle médiévale « Ch » est le centre de gravité de l’ensemble. Le béguinage contemporain (de « P » à « B2 ») est rectiligne dans l’axe perpendiculaire aux coteaux.

Légende :
P : Porterie
Co : Conciergerie
Ht : Hotellerie
J1 : Jardin d’agrément « devant »
J2 : jardin d’agrément à rue et potager
Hs : atelier d’hosties, qui occupe d’autres locaux d’entreposage, de découpe
B1 & B2: Béguinage avec 8 unités de logement
Ch : Chapelle du moyen-âge
M : Monastère
Cl : Cloître & jardin intérieur
B : Boverie pour animaux d’élevage
Mt : Mont Cornillon, en pente inclinée vers le monastère